No 5 (2011): L'ingénierie de la formation. Questions et transformations
L'ingénierie de la formation. Questions et transformations

INTRODUCTION : L'INGENIERIE EN FORMATION, RENOUVELER LES QUESTIONS DE RECHERCHE

Jean CLENET, professeur des universités en sciences de l’éducation au Cueep à l’Université de Lille 1, directeur de l’équipe de recherche Cirel-Trigone, membre du directoire du Cirel (Centre Interuniversitaire de Recherche en Education), EA 4354

Des intentions

Dans l’appel à communication préparatoire à ce numéro de la revue TransFormations, nous rappelions avec T. Ardouin1 , que l’ingénierie de la formation et celle de la formation des adultes en particulier, prenait des formes plurielles. Déjà, nos collègues de l’Université de Rennes et de Tours, à la suite du colloque de Rennes en 2009, avaient choisi le mot "archipel" pour désigner ce phénomène en opposition à "continent", pour bien signifier un sens autre et pluriel. Archipel signifie l’existence de plusieurs entités formant configuration et faisant système avec des parties visibles et invisibles ; cela dans des contextes changeant et confrontés à de nouvelles questions, à des "transformations et des recompositions" (Brémaud, Guillaumin, 2010). En effet, dans un contexte socio-politique et formatif en forte évolution : réforme de la Formation Professionnelle, Congé Individuel de Formation, Validation des Acquis de l'Expérience, développement de l’alternance, mises à distance, environnements numériques de travail, …, il convient de faire un point d’étape, forcément partiel, et peut-être de déceler des modalités renouvelées de l’ingénierie versus formation. Au-delà, il s’agit de comprendre les ressources théoriques et les environnements épistémologiques mobilisés pour développer des recherches le plus souvent associées à, ou sur des pratiques de l’ingénierie en formation.